• Gabrielle Fontaine

Ode aux artistes-créatrices-entrepreneuses-embellisseuses-de-monde*

Mis à jour : févr. 28

*À noter que ce texte a été écrit au féminin pour alléger la lecture, mais qu’il s’agit aussi d’une ode aux artistes-créateurs-entrepreneurs-embellisseurs-de-monde. ;)

Bon, attention, annonce choc : Je n’ai pas fait d’École de théâtre.

Je suis certaine que j’aurais adoré.


Apprendre « sur le terrain » comme on dit, m’a fait grandir de toutes sortes de façons et a modelé mon chemin unique à moi.


Par contre, quand je pense aux artistes qui ont débuté leur parcours professionnel dans une École de théâtre, ou même ajouté à leur parcours une École de théâtre, je les envie.


Ce que j’envie le plus, mis à part les enseignements sans aucun doute formidables et incomparables que tu reçois à l’École, c’est la cohorte;

la collectivité, le groupe, la famille.

Cette famille avec qui tu crées, avec qui tu essaies, tu te trompes, tu apprends, tu te découvres comme artiste, comme collègue de jeu, comme créatrice. Avec qui tu développes des idées de grandeur et ton ambition.


Dans le milieu culturel, autant à la télévision qu’au théâtre, des micros-familles-artistiques naissent et meurent sans arrêt. Projet après projet. Chaque famille t’apporte quelque chose et certaines, même, traversent le temps.



De ma perception de fille qui n’a pas fait d’École de théâtre, c’est le genre d’endroit où tu te tisses une famille bien serrée avec laquelle tu crées en espérant changer le monde.

Attention, deuxième annonce choc : Je suis fan finie des gens qui veulent changer le monde.

Je ne sais pas si c’est quelque chose que tu apprends à l’École de théâtre; la fougue inépuisable, la combativité sans limite, la persévérance dans les moments plus difficiles (comme maintenant mettons).


Je ne sais pas si tu nais avec.


En tous cas, autour de moi, il y a énormément d’artistes-comédiennes-chanteuses-humoristes-danseuses-photographes-musiciennes-circassiennes-créatrices-entrepreneuses-metteuses-en-scène-autrices-animatrices-tout-ça-en-même-temps.


Des artistes passionnées, dévouées, intelligentes, entrepreneuses et fonceuses.

Des artistes qui sont en amour avec l’art et qui ne veulent pas que ça meurt: qui y croient.


Je suis fan finie de ces artistes qui dévouent leur quotidien à créer, à propulser l’imaginaire, à divertir, à laisser leur marque. Je suis fan finie de ces artistes qui, jour après jour, se battent pour garder bien vivante leur passion et celle de tellement d’humains.


Ça pleut de créativité.


Ça pleut de résilience, de bienfaisance-de-magie et de dons-de-bonheur. Il y a plein d’artistes qui changent le monde. À leur façon. Même si c’est pas facile du tout. Bravo. JE SUIS FAN.

Attention, troisième annonce choc : Je sais maintenant ce que veulent dire ‘’Conseil d’administration et demandes de subventions’’. YES. Année d’apprentissage.

Interprète, j’apprends le texte qu’on a écrit, je porte les costumes qu’on a créés, dans les décors qu’on a imaginés, je me déplace selon les idées de la metteuse en scène/réalisatrice. Je ne fais pas de budget, je ne gère pas d’argent, je ne demande pas d’argent, je ne suis pas présente au balbutiement d’une idée, d’un concept, d’un financement, d’une création.


L’année d’apprentissage m’aura fait réalisé plus que jamais la grandeur de la machine artistique. Le nombre de gens impliqués dans un projet, ou même le nombre de tâches d’une seule personne pour un projet.


L’année d’apprentissage m’aura plongée dans cet univers que je ne connaissais pas; celui des organismes à but non lucratif, plus spécifiquement dans le milieu du théâtre (pas pire pour une fille qui n’a pas fait d’École de théâtre ;-) .


Je sais maintenant ce qu’est un conseil d’administration, ce que sont les demandes de subventions, j’ai été initiée au grand événement Rideau et à ce MONDE de paperasse et de temps pour la création artistique d’un projet en lequel on croit très fort.


Je réalise à quel point le milieu théâtral est complexe, riche, diversifié et compétitif. Je suis très admirative (je l’ai tu assez dit?) de ces artistes, entrepreneuses, qui mènent à bout de bras des compagnies de théâtre, des OBNL qui favorisent la création artistique et je suis sur-le-cul de constater comme les membres de ces compagnies travaillent fort, sans relâche, pour permettre de faire rayonner les arts vivants.

C’est difficile être une artiste. Un artiste. Une créatrice. Un créateur. Une créatrice-entrepreneuse. Un créateur-entrepreneur.


Surtout, ce sont des profils méconnus du public, des citoyennes et citoyens, des décideuses et décideurs et des gouvernements. (Bon j’ai dit que j’alourdirais pas le texte avec les genres, mais j’ai changé d’idée pour ce bout-là).


Merci à celles et ceux qui se battent, qui ne baissent pas les bras, même quand c’est difficile. (Comme maintenant mettons)

Dernière annonce choc, promis : Je l’ai trouvée ma cohorte/famille de création, de projets, de vision et d’ambition.

J’espère qu’on va créer une comédie musicale qui va changer le monde, ou quelque chose comme ça là... ;)


Gabrielle Fontaine

Comédienne et collaboratrice artistique de l’Oeil Ouvert

Gabrielle Fontaine à participé aux productions POLO, LE VOYAGE DE L'AUTRE CÔTÉ, LES SÉRÉNADES DU BELVÉDÈRE, et plusieurs Soirée Bénéfice de l'Oeil Ouvert. C'est également une partenaire dans la création de nombreux projets, tant comme oeil extérieur que comme conseillère artistique. Une amie précieuse et une perle rare pour notre équipe.

Posts similaires

Voir tout

© 2020-2021 par Oeil Ouvert