Entretiens avec les auteurs de La Corriveau - La soif des corbeaux

La première représentation de La Corriveau - La soif des corbeaux aura lieu le 7 juillet.


L’été approche à grands pas et les répétitions du spectacle vont bon train. Nous avons pensé qu’il serait intéressant, avant que le public puisse rencontrer les personnages de cette histoire complètement déjantée, de s’entretenir avec les auteurs du spectacle. Ayant tous deux collaboré avec le Théâtre de l’Oeil Ouvert par le passé, c’est en effet un duo d’auteurs (Geneviève Beaudet et Félix Léveillé) aux univers complémentaires qui signe La Corriveau - La soif des corbeaux.


Ils ont tenté de rassembler des bribes de la légende et de l’histoire véridique de Marie-Josephte Corriveau tout en y insérant leurs lectures contemporaines de cette histoire sordide et en mettant en lumière les nombreux parallèles avec notre actualité, pour créer un tout nouveau théâtre musical. Voici leurs réponses aux questions qui vous brûlent sûrement les lèvres:

 

Q: La soif des corbeaux… Pourquoi ce sous-titre? Qu’est-ce qu’il représente pour vous?


Geneviève Beaudet: Le corbeau est un symbole qu’on utilise énormément dans le spectacle; il représente la mort, le mauvais présage, les charognards venant picorer les yeux des pendus. Plusieurs de nos personnages ont plusieurs caractéristiques de ces oiseaux : Maître Corbeau et les membres du jury sont tous « assoiffés » de pouvoir, de condamnation, de pendaison sur la place publique.


Félix Léveillé: Dès les premières esquisses des membres du Jury, très rapidement, leur personnification en tant que “corbeaux” s’est manifestée. Leurs ambitions ressemblaient à des envolées funestes et leurs dialogues pouvaient facilement s’apparenter à des croassements stridents. Ils ont de la malice à la place du coeur et ont soif d’un spectacle où la mort tient le rôle principal. C’est eux qui dictent les règles du récit… et ils s’en régalent.


Q: Pourquoi raconter cette histoire à travers une forme théâtrale et musicale?


G: Je crois que le théâtre, particulièrement le théâtre musical, permet d’utiliser plusieurs langages (poésie, mouvement, musique…) afin de magnifier une histoire, de la rendre épique, universelle et intemporelle.


F: Pour moi, l’histoire de la Corriveau a tout ce qu’il faut pour faire un spectacle plus grand que nature. À travers une forme théâtrale et musicale, j’ai l’impression qu’on donne à cette histoire tous les outils pour transcender le spectateur, pour le plonger totalement dans une légende qui résonne encore plus de 250 ans plus tard.


Q: Pour vous, quel est le plus grand défi dans ce grand projet de création et pourquoi?


F: Défricher le vrai du faux! Dans le but de rendre hommage à la véritable histoire de Marie-Josephte Corriveau, j’ai passé des centaines d’heures à parcourir toutes sortes de versions de la légende. Il y avait tellement de détails intéressants, non connus du public, qui méritaient d’être soulignés. Tellement de témoignages et d’aspects fantastiques du récit à démêler. Le parcours de la création du spectacle devait s’équilibrer entre légende et vérité. Pour y arriver, il fallait être très éclairé et rigoureux en lien avec nos choix, avec le message qu’on voulait véhiculer à travers cette histoire-là.


G: Pour moi, le plus grand défi était de trouver le bon ton pour cette tragi-comédie; de faire à la fois rire et pleurer; de se promener entre le drame de l’histoire véritable et l’humour de la légende et ses personnages colorés.


Q: Quel est votre scène préférée du spectacle et pourquoi?


F: La scène où Maître Saillant rencontre le Jury (les corbeaux). Cette scène représente parfaitement le ton humoristique et tragique que le spectacle possède, tout en laissant place à la légende et à l’angle véridique du récit.


G: J’affectionne tout particulièrement la scène monologuée du personnage de La Corriveau vers la fin du spectacle, où elle fait son plaidoyer de culpabilité. Elle entraîne dans sa tirade toutes les femmes de son entourage, toutes les femmes du spectacle, toutes les femmes du monde.


Q: Si vous deviez en choisir seulement un, quel est selon vous, l’un des personnages les plus magnétique ou dérangeant ou puissant du spectacle? Et pourquoi?


F: J’aurais dis la Corriveau mais je suis certain que Geneviève, ma collègue autrice va la choisir! ;-) J’irais donc avec le père de la Corriveau, Joseph. Il porte en lui un dilemme universel tellement puissant qui me trouble profondément.


G: Je pense que le personnage de Marie-Josephte Corriveau elle-même est d’une puissance sans nom. Une femme à la fois forte et fragile, une amoureuse passionnée, une féministe, une résistante, une femme à l’immense courage.


Q: D’un point de vue très personnel, croyez-vous que Marie-Josephte Corriveau était victime de violence conjugale et croyez vous qu’elle est coupable du meurtre de son deuxième mari?


G: On a très peu d’informations concrètes, donc il est difficile d’avoir un point de vue tranché sur ce sujet, mais on sait que Marie-Jospehte Corriveau s’est déjà enfuie de chez elle (mais a été ramenée de force par les autorités) et qu’elle a elle-même avoué être maltraitée par son mari. Je crois en effet que Marie-Josephte Corriveau était victime de violence conjugale et qu’elle a probablement assassiné Louis Dodier pour protéger sa vie et celle de ses enfants.


F: Sur toutes les informations que j’ai pu dénicher sur cette histoire-là, on se rend compte que beaucoup d’éléments ne pointent pas dans la direction de la Corriveau. Sans dévoiler quoi que ce soit et à mon humble avis, je ne crois pas qu’elle soit coupable du crime dont on l'accuse. En ce qui concerne le fait qu’elle soit victime de violence conjugale, j’en suis également persuadé. D’autant plus que plusieurs membres de la communauté de Saint-Vallier ont témoigné en ce sens.


Q: Quel est votre souhait? Avec quoi en tête souhaitez-vous que le public quitte la salle?


G: Je souhaite d’abord et avant tout que les gens passent un bon moment et quittent la salle après avoir ri, pleuré et vécu toute une gamme d’émotions. Je serai aussi très heureuse si ce spectacle fait réfléchir sur la condition féminine, les injustices sociales, la violence conjugale. Et aussi, j’aimerais que les gens continuent de chantonner les airs et les chansons pendant des semaines, des mois après avoir vu le spectacle! : )


F: J’aimerais voir le public planer et tripper, infuser par le même plaisir que nous avons ressenti, Geneviève et moi, à écrire ce show. J’aimerais les voir réfléchir à la résonance que cette histoire à encore dans nos vies de tous les jours. J’aimerais voir le public se pencher sur la question de l’importance du combat féministe, d’hier à aujourd’hui.

Q: Autre chose à ajouter?


G: C'est une équipe formidable et j'ai une confiance absolue en Jade pour mener le projet à bon port. Je sais qu'elle y ajoutera la magie que nous avons imaginé en écrivant la pièce! Je suis si fière de notre travail et de notre équipe! Je suis certaine que le coeur et le talent de tous ces créateurs et interprètes se rendra jusqu'à vous! Bon spectacle! ; )


F: Très hâte d’en jaser avec le public! Soyez au rendez-vous! Vous ne le regretterez pas! ;-)




La Corriveau - La soif des corbeaux sera présenté du 7 au 23 juillet au Centre culturel Desjardins de Joliette, du 27 au 31 juillet au Théâtre Le Patriote de Saint-Agathe des monts et du 4 au 20 août au Carré 150 de Victoriaville.


 

ÉQUIPE:

Direction de création et mise en scène JADE BRUNEAU | Écriture GENEVIÈVE BEAUDET et FÉLIX LÉVEILLÉ | Composition AUDREY THÉRIAULT | Distribution JEAN MAHEUX, FRÉDÉRIKE BÉDARD, FRÉDÉRIQUE MOUSSEAU, KARINE LAGUEUX, RENAUD PARADIS, JADE BRUNEAU, SIMON LABELLE-OUIMET et SIMON FRÉCHETTE-DAOUST | Direction musicale et arrangements MARC-ANDRÉ PERRON | Coach vocal DAVID TÉRRIAULT | Musiciens FRANÇOIS MARION, DAVID TERRIAULT et MARC-ANDRÉ PERRON | Assistance à la mise en scène et régie LOU ARTEAU et MARILOU HUBERDEAU | Décor et costumes ADAM PROVENCHER | Assistance aux costumes KATHERINE BOURDON LEROUX | Éclairages et direction technique MAUDE SERRURIER | Projections vidéos MARC-ANDRÉ PERRON | Sonorisation MARTIN LESSARD | Maquillages VÉRONIQUE ST-GERMAIN | Coiffures KATHLEEN GRAVEL | Relations de presse ROSEMONDE GINGRAS | Agente de spectacle MICHELINE BLEAU | Direction de production LOU ARTEAU, JADE BRUNEAU | Aide à la production SOPHIE CLERMONT | Direction du Théâtre de l'Oeil Ouvert JADE BRUNEAU ET SIMON FRÉCHETTE-DAOUST


GENEVIÈVE BEAUDET

Geneviève est diplômée de l’École Nationale de Théâtre en interprétation (2013) et du programme de Théâtre Musical du collège Lionel-Groulx (2008). Depuis sa sortie de l’École Nationale, elle a joué dans de nombreuses productions tant à la télévision qu’au théâtre. Elle fût, entre autres, comédienne et chanteuse pour le Cirque Éloize (Music-hall de la Baronne, Denis Bouchard) et fût de la distribution du théâtre musical Demain matin Montréal m’attend (René-Richard Cyr, TNM). Elle fait présentement partie de la tournée québécoise de la pièce AlterIndiens (Théâtre Denise-Pelletier, Productions Menuentakuan). À la télévision, on a pu la voir récemment dans plusieurs séries québécoises dont Escouade 99, Les Invisibles, Bracelet Rouges, et Discussions avec mes parents. Depuis 3 saisons, elle interprète Mamz’elle Rougier, un 1er rôle dans MALORY TOWERS, une série d’époque britannique (BBC) en co-production avec le Canada et diffusée et traduit dans plus d’une quinzaine de pays. Au cinéma, on pourra la voir très bientôt dans Babysitter, un film de Monia Chokri, ainsi que dans Viking, de Stéphane Lafleur. Geneviève écrit professionnellement depuis plusieurs années déjà. Elle est autrice de la pièce Licornasse (mise en lecture, Maison de la culture PAT, 2020) et co-autrice avec Félix Léveillé du théâtre musical La Corriveau-La Soif des Corbeaux. Toutes des pièces en collaboration avec le Théâtre de l’œil Ouvert et mises en scène par Jade Bruneau. Récipiendaire avec Laurence Régnier de la bourse d’écriture ENH-NETFLIX 2022, elle travaille présentement en co-écriture sur le développement d’une série télé, Les Fécondes, Productions TOROS. Geneviève a également une grande expérience en tant que parolière. Elle a contribué à l’écriture de l’album Ça Déménage, de Kalimba (2017), de l’album jazz-manouche En Plume (2020) du groupe Damoizeaux et au plus récent album du Trio Jazz Luce Bélanger (2022).


FÉLIX LÉVEILLÉ

Félix Léveillé est un scénariste, dramaturge, nouvelliste, comédien demeurant à Montréal qui est diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada en 2013. Il fait partie du trio d'auteurs qui ont créé la série web L'Art à ta portée (Saison 1 et 2), produite par le Théâtre de l'Oeil Ouvert. Véritable hommage aux héros de la pandémie, la série s'est vu remporter le prix Initiative RIDEAU 2021 ainsi que le prix Culture et Développement - Les arts et la ville- 2021. Il est également l'auteur de la pièce Parc Lafontaine, présenté au SAS/Laboratoire de création (anciennement ZH festival) en 2018. Félix travaille présentement sur sa prochaine création (2023) ainsi qu'à son premier roman (2022-2023).

104 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout